ZAC de La Maronnière _ La Roche-sur-Yon

Réalisation d’un éco-quartier

Concours, Projet Lauréat (projet sans suite), 2014
Maître d’ouvrage Aménageur ORYON | Architectes LAUS avec TIBERGHIEN-LANGLAIS (mandataire) | Superficie 2,9ha

L’aménagement du macro îlot a été pensé comme un micro projet urbain qui articule 3 hameaux, offrant 51 logements, dont 12 en petits collectifs, 9 en maisons individuelles groupées qui seront réalisées en VEFA et 30 lots libres pour des logements individuels. Cette diversité de typologies de logements et donc de profils de ménage dans un écoquartier à dominante résidentielle, nécessite de mettre en place les conditions d’une vie commune en proposant notamment des espaces collectifs thématiques, invitant au vivre ensemble.

L’inscription dans la pente naturelle
Le projet s’inscrit dans la pente douce, afin de préserver des vues dégagées vers le cours d’eau, sa vallée et le ciel. Les logements s’inscrivent face à la pente, pour privilégier un minimum de modification du terrain naturel. Et les venelles qui desservent les logements, ont une pente quasiment nulle. C’est cette accroche du bâti au terrain naturel qui prévaut sur l’orientation sud systématique des constructions.

La desserte du projet par une voie structurante et des venelles partagées
Le projet est desservi par une voie centrale structurante à laquelle s’accrochent des venelles aux usages partagés. Elles desservent places de stationnement et garages, et se poursuivent jusqu’aux logements dans un usage à dominante piéton. Les résidants pourront exceptionnellement garer un véhicule devant leur logement.

Des garages regroupés, dont l’impact sur l’espace public est minimisé
Les garages et places de stationnement sont regroupés et positionnés à une distance de moins de 30 m. des habitations, tout en étant le plus près possible de la voie structurante pour permettre un confort d’usage des résidents, créer les conditions de la rencontre entre voisins entre les places de parking et le logement, inciter à un déplacement en mode alternatif. Chaque maison individuelle (VEFA ou lot libre) aura un garage et une place de stationnement extérieur, les logements collectifs auront chacun une place de stationnement extérieur.

Un réseau parallèle de chemins qui relient des espaces collectifs
Des chemins serpentent entre les logements pour descendre vers le ruisseau, en parallèle de la voie structurante. Ils relient les espaces collectifs de chacun des hameaux et invitent à la promenade.

La tenue des espaces publics par le bâti et les murs de clôture
Le bâti est organisé pour tenir l‘espace des venelles. Les habitations sont regroupées par 2, en incitant à la mitoyenneté. Si elles étaient distantes, un muret de 1,50m de haut viendrait dans le prolongement des façades, faire la jonction entre le bâti, dans une grande cohérence de matériaux et assurer la tenue de l’espace public. Les garages regroupés sont positionnés dès que possible dans la continuité bâtie. Les venelles desservent également les jardins des logements situés plus haut. La clôture de ces fonds de jardin sera constituée de murets et les cabanons de jardin viendront s’adosser à cette limite arrière pour renforcer la tenue de l’espace public.

Des espaces extérieurs conviviaux et des espaces collectifs à partager
Le projet met l’accent sur la vie collective au travers du partage d’équipements ou d’espaces communs pour favoriser la cohésion sociale entre les habitants. Le secteur Nord propose un verger commun. Le secteur Sud Ouest propose un espace collectif linéaire, au maximum enherbé, pour offrir une mini plaine de jeux. Le secteur Sud Est pourra accueillir des jardins partagés. Ces jardins permettront de rééquilibrer le confort des logements collectifs vis-à-vis des individuels, tout en amenant en cœur d’opération un élément de programme symbolique et démonstratif du savoir vivre ensemble, positivant la présence des logements collectifs en cœur d’opération.