ZAC Jaguère _ Rezé

Construction de 109 logements individuels et collectifs en accession sociale et en locatifs sociaux

Concours finaliste non retenu
Maître d’ouvrage GHT et LNH Architecte ARS (mandataire) et LAUS (associé) | Surface SHAB 1185 m² (individuels) + 2960 m² (collectifs)

15 maisons individuelles

Le choix architectural s’exprime par un module simple et répétitif dans un souci de logique constructive et afin de créer une identité claire sur l’îlot et pour chacun des résidents. L’emprise du bâti de l’ensemble des constructions se fait en limite séparative sur les rez-de-chaussée et en retrait de 3m sur un côté en R+1. Cette volumétrie permet une identification claire du volume à l’échelle de la maison individuelle. Ces décalages de volume aux étages permettent de réduire l’ombre portée de l’étage sur les terrasses des jardins au sud en fin de journée. Le bardage en pignon des maisons identifie chaque unité par un traitement spécifique grâce aux différentes essences de bois tout en maintenant une réelle unité architecturale. Les toitures du rez-de-chaussée sont traitées avec une végétalisation de type sedum afin d’apporter une vue qualitative depuis les logements en hauteur des parcelles avoisinantes et les chambres situées aux étages. Chaque parcelle est clairement délimitée de l’espace public par une clôture en bois de type ganivelle complétées de haies vives. Un grillage végétalisé vient individualiser les espaces de jardin entre les maisons.

90 logements collectifs

Le projet collectif cherche à développer une architecture et une qualité d’usage en harmonie avec le parti d’aménagement « un parc en infiltration comme élément de structuration ».Ainsi, le projet propose une organisation des logements collectifs en petits immeubles, séparés entre eux, et adaptés à une échelle résidentielle de l’ilot.Une écriture de maison est utilisée pour le logement collectif, afin de trouver un effet et une proportion architecturale « d’immeuble maison ». Regroupé en séquence, ce dispositif permet de rythmer les volumes bâtis et de créer des porosités d’usages, ruelles piétonnes, circulations de cœur d’ilot desservant les ilots privés des logements collectifs, mais aussi permet de favoriser le développement du végétal, à travers l’ilot. Chaque immeuble est fragmenté en bande verticale étroite et surmonté d’un toit. Les bâtiments de logements s’implantent en périphérie de l’ilot pour favoriser un espace paysager de qualité avec des espaces de pleine terre en cœur d’ilot. Au cœur d’ilot, les élargissements de cheminement ponctuent les parcours et laissent des espaces libres appropriables, propice à la convivialité.